dimanche 8 juin 2014

Contrepèteries : le corrigé

Comme promis, voici le corrigé des contrepèteries de ce matin. Je suis sûr que vous les aviez toutes ! Du coup, je vous fais grâce des deux que j'avais glissées dans le texte d'introduction, car il est bien connu que deux petits pois ne font pas l'affaire !

1- Qui n’a pas connu les tentations que procure un beau sexe ?
2- Comment don Camillo a-t-il pu retrouver sa calotte dans l’anus du pêcheur ?
3- Colette aimait à tirer le zob de Jean Valjean.
4- Cyrano astiquait son manche avant chaque dîner.
5- Les gardes du Cardinal chiaient à la seule vue des panards des mousquetaires !
6- On a retrouvé une fable inédite : Le baron et la chaude lance.
7- Ô, toi, Lamartine, toi, le grand cul qui pleure ! Il nous semble parfois que nos deux couilles se meurent.
8- Le curé Elzéar a finalement banni son vieux pénis.
9- J’ai lu en parallèle La guerre des folles et La vie des gouines.

10- L’oncle Tom, heureux, a casé sa bite.
11- La petite marchande d’allumettes aurait donné ses deux cents balles pour un dard bien chaud !
12- Leibniz a fait taire toutes les grandes meules avec ses gonades.
13- Les larmes de l’utérus émouvaient Tolstoï.
14- Très beau roman québécois, Le gland et les rondins !
15- Dans les contes de Grimm, les putains ont souvent les loches qui pendent.
16- Hubert en exil est allé droit au cul.
17- Anna de Noailles a laissé un poème inachevé : Le cul est mort.
18- Jules Renard décrit avec réalisme le père pris d’une colique noire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire