vendredi 3 janvier 2014

On ou l'on ?

Doit on écrire on ou l'on ? Encore une question existentielle !

Simple, vont me répondre certains : le l' est ici une consonne aphonique.
Oui... Et non. Il s'agit en fait de l'article défini.
Et comment se fait-ce ? J'y viens.
On est à l’origine un nom commun, de même origine que homme. Donc, l'on était synonyme de l'homme (ça va rappeler quelque chose aux germanistes). Au fil du temps, le nom on s’est transformé en pronom indéfini, désignant un individu non déterminé, et son article défini (l') est devenu facultatif (à partir de XVIIe siècle).
Aujourd’hui, cette survivance de l’ancien français ne joue plus qu'un rôle euphonique.
Développons.

On préfèrera l’on à on :
- Afin d’éviter un hiatus (suite de deux voyelles phonétiques). Le cas se présente notamment après et, ou, où, qui, quoi, si.
- Après que, pour éviter le disgrâcieux "qu’on".

On privilégiera on à l’on :
- Quand on est suivi d’un mot commençant par un l, pour éviter une allitération, et ce même s'il y a hiatus.
Ex : La bibliothèque est un endroit où l'on lit beaucoup (allitération "l'on lit") / La bibliothèque est un endroit où on lit beaucoup (hiatus "où on")
- Après dontdont on est préférable à dont l’on.

J'ajoute que ces règles n'ont aucun caractère obligatoire, et sont d'ailleurs plus ou moins respectées. Tout est affaire d'élégance et de style...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire