mercredi 2 octobre 2013

Ne pas confondre : brocart et brocard

Brocart et brocard font partie de ces mots sur lesquels on bute régulièrement dès qu'il s'agit de les écrire. Et ce d'autant plus qu'ils ne sont pas d'un usage courant.

Brocart : étoffe de soie brochée d'or ou d'argent, au décor le plus souvent floral. En France, la production de brocart atteignit son apogée aux XVIIe et XVIIIe siècles, le plus connu étant celui de Lyon.

Brocard : ça se complique un peu, car il y a plusieurs définitions.
1. Le brocard est une moquerie, une raillerie (d'où le verbe brocarder).
2. C'est aussi un chevreuil mâle âgé d'au moins un an.
3. Enfin, le brocard est un ancien terme de droit désignant un principe, ou première maxime. L'exemple le plus connu est "Dura lex, sed lex".

Un truc pour retenir lequel des deux prend un T : l'étoffe de soie fait penser à habit (qui prend aussi un T), lequel habit ressemble à un T (les manches et le tronc. Vous me suivez, là ?).
Ça vaut ce que ça vaut. Comme tout moyen mnémotechnique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire