dimanche 7 avril 2013

Bayer aux corneilles

Vous savez tous ce que signifie cette expression, bien sûr. Son intérêt se trouve dans l'orthographe du verbe : "bayer"... Et non "bâiller". Là, en revanche, je pense que certains d'entre vous ignoraient cette subtile différence.

Bayer signifie, en vieux français, avoir la bouche ouverte.
Bâiller, du latin bataculare (tenir la bouche ouverte), c'est prendre une inspiration involontaire en ouvrant la bouche. Ce n'est donc pas vraiment la même chose que bayer, mais la méprise est compréhensible.

Quant aux corneilles, il y a plusieurs explications. Le mot pourrait être une déformation de "cornouille", le fruit du cornouiller. Mais  il pourrait aussi s'agir tout simplement de l'oiseau (au XVIIe siècle, on disait "Bayer aux grues"). Bref, quelque chose de futile...

Allez, on finit sur une petite citation littéraire :
"La plupart des gens de province ne se rendent évidemment pas un compte exact des procédés que les gens illustres emploient pour mettre leur cravate, marcher sur le boulevard, bayer aux corneilles ou manger une côtelette."
Honoré de Balzac, Modeste Mignon

2 commentaires:

  1. Alors quelle différence entre bayer et béer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente question !
      Béer est une autre forme du verbe bayer. On ne la retrouve plus que dans quelques expressions fort connues comme "rester bouche bée" ou "trou béant". Ainsi va le français (comme toute langue vivante) : il évolue mais garde parfois, au fond de ses placards, quelques vieilleries...

      Supprimer